Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est l'oeuvre des élèves de la Seconde 4

du Lycée de l'Iroise à Brest.

C'est un espace d'expression, de création, d'échange,

autour des 20 chansons

de la sélection  Chroniques lycéennes

2006-2007.

 

Chacun est invité à exprimer ses impressions d'auditeur,

à se nourrir de la sensibilité des artistes de la sélection,

à exercer son jugement critique.

 

 Vous pouvez cliquer sur les liens "Catégories" à gauche pour accéder :

- à la présentation : du projet, des élèves, des types d'articles à écrire, des activités, des prix...

- aux liens vers les chansons à écouter

- aux articles consacrés aux différents chanteurs et groupes de la sélection 
- au compte rendu de la rencontre avec Renan Luce (textes, images et vidéos)

- aux ouvertures vers des textes poétiques, vers d'autres chanteurs...

- aux chroniques écrites par les élèves 
- aux "Je me souviens" des Chroniques Lycéennes 2006-2007

 

 

Recherche

20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 11:19

  INTERVIEW DE RENAN LUCE

PAR LES SECONDES 4

DU LYCEE DE L'IROISE

BREST DIALOGUES MUSIQUES

LE 19 AVRIL 2007

(propos recueillis et retranscrits 
par Jeanne et Adèle)


09-dialogues-eleves---public.jpg


3- Dans le monde de la musique...


Comment avez-vous réussi à percer dans la musique ?

Ça a été long, ça a été des rencontres. Quand je suis arrivé sur Paris, je faisais des concerts dans des petits lieux, et ça me permettait d'inviter des professionnels, parce que j'avais des connaissances qui travaillaient dans ces lieux et qui ont pu faire écouter des maquettes, puis les inviter pour venir me voir. Donc ça s'est fait par des rencontres, comme ça, sur des concerts. Et une fois que j'ai trouvé les personnes avec qui je me sentais en confiance, on est partis pour travailler, enregistrer l'album.

Si vous n'aviez pas réussi à devenir musicien, quel métier auriez-vous souhaité faire ?


Je ne me suis jamais aventuré très loin dans cette réflexion parce que j'ai eu la chance de pouvoir assez vite en faire un métier, mais je pense que j'aurais quand même travaillé dans ce milieu. J'ai commencé à travailler dans la production de concerts quand je suis arrivé sur Paris, donc je pense que je ferais toujours ça, ou dans une maison de disque. J'aimerais travailler dans ce secteur, c'est certain.

Vous avez pratiqué beaucoup d'instruments. Alors pourquoi avoir choisi la guitare ?


Parce que c'est celui qui me correspond le plus comme instrument, je pense C'est un son très rythmique quand on s'accompagne seul. On remplit bien l'espace, je trouve. C'est aussi l'instrument avec lequel j'ai commencé à chanter, quand il y avait une guitare à la maison, et que j'ai commencé à gratouiller, c'est comme ça que j'ai vraiment appris le plaisir du chant, la manière de chanter. Donc c'est presque automatique, quand je chante j'ai du mal à m'en passer. Je commence à le faire un petit peu, mais c'est presque automatique. Voilà, c'est pour cette raison là, et aussi à cause de la sonorité qui est celle que j'aime, qui fait aussi partie de toutes ces références que j'ai, de Brassens où la guitare était très importante, la musique folk où aussi les guitares sont très présentes. Donc c'est une sonorité que j'aime bien d'une manière générale dans la chanson.


Quelle rencontre de star vous a le plus marqué ?

De Star?... Je ne sais pas, j'ai eu l'occasion de rencontrer Moustaki. C'est ce côté comme ça gros bonhomme, qui en impose, qui est assez impressionnant. Après, il y a des artistes avec lesquels je me suis très bien entendu, comme Bénabar, dont j'ai fait pas mal de fois la première partie, donc on a pu un peu se côtoyer, et comme c'est quelqu'un de très simple et de très attachant, c'était un beau souvenir.

Espérez-vous devenir le futur Miossec de Morlaix ?

(Rires) ! Le Miossec de Morlaix ! j'y compte bien ! Non, j'ai pas l'envie comme ça de prendre la place de quelqu'un. Je crois en toute honnêteté qu'il y a de la place pour tout le monde. Moi, je me rends compte avec cette première tournée qu'on vit tous un peu les mêmes choses dans la chanson française, et chacun a son étape propre. Il y a des gens qui sont plus avancés que d'autres, mais je rencontre, on côtoie, plein d'autres artistes, on partage des scènes dans des festivals, on fait des premières parties, on apprécie comme ça le contact avec les autres artistes et il n'y a pas vraiment de compétition en toute honnêteté en ce moment dans la chanson. J'ai l'impression que tout le monde s'entend bien et se soutient mutuellement.   

   

13-renan-luce-repond.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne et Adèle - dans Rencontre Renan Luce
commenter cet article

commentaires