Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est l'oeuvre des élèves de la Seconde 4

du Lycée de l'Iroise à Brest.

C'est un espace d'expression, de création, d'échange,

autour des 20 chansons

de la sélection  Chroniques lycéennes

2006-2007.

 

Chacun est invité à exprimer ses impressions d'auditeur,

à se nourrir de la sensibilité des artistes de la sélection,

à exercer son jugement critique.

 

 Vous pouvez cliquer sur les liens "Catégories" à gauche pour accéder :

- à la présentation : du projet, des élèves, des types d'articles à écrire, des activités, des prix...

- aux liens vers les chansons à écouter

- aux articles consacrés aux différents chanteurs et groupes de la sélection 
- au compte rendu de la rencontre avec Renan Luce (textes, images et vidéos)

- aux ouvertures vers des textes poétiques, vers d'autres chanteurs...

- aux chroniques écrites par les élèves 
- aux "Je me souviens" des Chroniques Lycéennes 2006-2007

 

 

Recherche

1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 10:50
 
Résignation
Parasite insensé d'une obscure planète,
Dans l'infini tonnant d'éternelles clameurs,
Sur un point inconnu j'apparais et je meurs,
Et je veux qu'aussitôt tout le sache, et s'arrête!
Je veux que pour un cri perdu dans la tempête
Les océans soudain sèchent leurs flots hurleurs,
Et que pour apporter sur ma tombe des fleurs,
Les soleils en troupeaux accourent de leur Fête!
Pauvre c?ur insensé! brise-toi, tu n'es rien.
Et bien d'autres sont morts dont le coeur fut le tien,
Et la terre elle-même ira dans le silence.
Tout est dur et sans coeur et plus puissant que toi.
Souffre, aime, attends toujours et danse
Sans même demander l'universel Pourquoi.

 

Jules Laforgue, Poésies Complètes

J'ai choisi ce poème car les émotions qu'il transmet, bien que le sens soit différent, sont d'une ressemblance frappante avec la chanson d'Hervé Esno. Dans la chanson comme dans le poème on ressent une douleur immense...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MLB 03/03/2007 14:58

Très beau choix. On entendrait volontiers effectivement la voix d'Hervé Esno dire ce poème ...